Programme 2016-2017


EXPOSITION
"BIPOLAIRE
"
Du 13 au 29 janvier

La Villa Dutoit reçoit l’exposition collective de photographie Bipolaire, un projet de Synapsis, l’association suisse des arts abordant les maladies mentales. Plus de 20 photographes racontent la maladie en images. Professionnels ou amateurs, ils invitent le visiteur à s’interroger sur la représentation d’une maladie psychique et, ainsi, ouvrent le dialogue à travers une multiplicité de regards.
> Vernissage: Jeudi 12 janvier 2017 dès 18h00



CONCERT
COMME UN QUATUOR, EN PLUS GRAND…
Quintette Rafael

François Payet-Labonne et Aurianne Philippe, violons
Jeanne Camus et Alexandra Kondo, altos
Raphaël Abeille, violoncelle
Le quintette Rafael a le privilège de présenter une facette peu jouée de la contribution inestimable de Mozart et de Brahms au répertoire de la musique de chambre : deux quintettes à deux altos. En regard de ces oeuvres, notre ensemble est heureux de profiter de l’intimité de la Villa Dutoit pour proposer une pièce en quatuor à cordes du compositeur François Mützenberg : « Premier livre d’incantations pour la naissance des mondes ».

> Samedi 21 janvier 2017 à 20h00



EXPOSITION
"HABITER LE MONDE
"
Du 3 au 26 mars 2016

Chaque homme habite le monde à sa manière. Selon sa volonté et ses possibilités, il modèle les formes de l’espace dans lequel il vit. Il aménage, organise, planifie, construit et détruit. Qu’il soit attaché à sa demeure ou en mouvement, sédentaire ou voyageur, touriste, migrant, il contribue à édifier des seuils et des passages, des limites et des ponts, des frontières à consolider ou à bouleverser. En cela, il exprime ses goûts, ses désirs, ses besoins, ses phobies. Ce qu’il produit ainsi, c’est une image de soi, mais aussi et surtout l’empreinte qu’il dépose dans le réel.
Plus de sept milliards d’hommes vivent cette expérience dans le grand paysage qu’est la terre. Nous cohabitons le monde. L’exposition nous invite à méditer sur cette cohabitation.

> Vernissage: Jeudi 2 mars 2017 dès 18h00



CONCERT
PLAY MONK
Claude Tabarini’s every day little band
Manu Gesseney, alto saxophone et flûte
Brooks Giger, bass
Claude Tabarini, drums
Tout le monde aime Thelonious Monk. Nous aussi – cela ne va pas même sans une certaine obsession !
Pourtant, vu sous un certain angle, mais un certain seulement, ce n’était qu’une espèce d’autiste chapeauté. Curieux, n’est-ce pas ?
Pour ma part, je n’ai encore jamais réussi à le bien jouer. J’essaie.
– C. Tabarini
> Dimanche 12 mars 2017 à 18h30


CONCERT

ÉLECTRICITÉ LUNAIRE
Ensemble Vidya

Elodie Gaudet, alto ; Esther Lefebvre, violoncelle ; Marie Mercier, clarinettes ; Till Veron, cor ; Gilles Grimaître, piano ; Galdric Subirana, percussions.
L’ensemble de musique contemporaine Vidya propose un concert de musique de chambre autour des oeuvres de Alvatore Sciarrino, Beat Furrer, Saed Haddad, Kaija Saariaho et Philippe Hurel. Une belle réunion d’oeuvres ! Elles ont chacune une identité forte, et leurs matériaux, richement exploités par leur compositeur, se muent en crépuscule du son, pointillisme frénétique, mélodies expressives arabisantes, résonance éthérée, union symbiotique des timbres naissant dans une énergie de feu… À savourer absolument…
> Dimanche 23 avril 2017 à 18h30


EXPOSITION
CIELS

Du 5 au 21 Mai 2017

Le ciel est un sujet récurrent de l’histoire de la photographie. Pourtant, au début, la production d’images du ciel a posé des problèmes techniques complexes. Dans les premiers paysages sur plaques de verre (1850), il était blanc, parfaitement vide, brûlé par la lumière. C’est dans les années 1860 qu’Eadweard Muybridge, souhaitant réaliser des clichés de nuages, mit au point un filtre destiné à réduire les contrastes entre le ciel et les premiers plans. Ce procédé porte le nom évocateur d’«ombre du ciel».
Objet de défis à la fois techniques et esthétiques, le ciel fascine toujours le photographe, qui tente de capturer ses couleurs, la poésie de ses nuages, ou alors d’évoquer le séjour des dieux olympiens ou celui du Dieu chrétien. Aujourd’hui encore, des milliers de photographies de ciels sont publiées quotidiennement sur les réseaux sociaux sous le hashtag #cloudporn...
Au mois de mai, la Villa Dutoit vous donnera donc des nouvelles du ciel.

> Vernissage: Jeudi 4 mai 2017 dès 18h00
(une erreur s'était glissée dans le programme papier, le vernissage est bien le 4 mai. Avec nos excuses pour la confusion.)


CONCERT
LA VERITABLE MANIÈRE?
Zône franche

François Mützenberg
, flûtes à bec et direction ; Florine Juvet, accordéon ; Carle Ducasse, guitare électrique ; Olivier Destephany, contrebasse
Il vero modo… La véritable manière d’apprendre à jouer en perfection… The true Method of playing… Versuch über die wahre Art… l’histoire de la méthode instrumentale compte une certaine floraison de titres de ce genre entre le XVIe et le XVIIIe siècle.
Argument publicitaire, convention ou conviction profonde ? On trouve en filigrane derrière l’affirmation prétentieuse la question lancinante de tout interprète face à la musique du passé : ma traduction est-elle fidèle ? L’espace d’un concert, l’avocat convaincu que je suis de la référence aux sources historiques invite à faire table rase de toute certitude. Et, dans un esprit tout à fait baroque, propose d’investir prioritairement l’espace de liberté qui doit rester inhérent à toute manière d’aborder l’interprétation musicale qui se veut véritable.
–– F. Mützenberg
> Dimanche 7 mai 2017 18h30


CONCERT
COMME À L'OPÉRA!
Manuel Voirol, violon ; Marie Chabbey, guitare Dès le xviiie siècle, de célèbres airs d’opéra séduisent le public aussi bien que les musiciens. Les guitaristes, instrumentistes populaires par excellence, réinterprètent volontiers certaines des plus belles pages du répertoire lyrique. Et pour cause : toujours plus virtuose, leur propre répertoire savant se développe et leur donne des moyens techniques propices à relever de véritables défis musicaux. Au sein des arrangements d’airs d’opéra, la guitare adopte ainsi un rôle de plus en plus complexe, se faisant parfois orchestre miniature. Et l’air ? Pourquoi le confier à une prima donna… alors que le violon sait lui-même chanter ?
Revisités sous forme de pots-pourris et autres variations, les airs d’opéras interprétés par un instrumentarium de chambre se déplacent aisément dans la rue, au café, au salon… comme à la Villa Dutoit.
> Samedi 20 mai 2017 20h00



EXPOSITION
L’OEil qui conte – sélection de contes visuels

Du 2 au 18 juin 2017

Après les cartes postales en 2016, la Villa Dutoit vous invite de nouveau au voyage pour clore sa saison. Entre mythes fondateurs et légendes urbaines, les contes mis en oeuvres pour cette exposition vous transporteront dans des mondes parfois merveilleux, parfois étranges ou fantastiques… Hybride et polymorphe, la thématique du conte est également l’occasion d’une réflexion sur les liens entre tradition orale, littérature et création visuelle.
> Vernissage: Jeudi 1er juin 2017 dès 18h00


CONCERT
Contes mandingues du temps qui passe…
Djélifoly
Alaye Diarra, balafon ; Kalifa Diarra, djembé ; Ibrahim Diarra, doumdoum ; Adama Koita, kora ; Ibrahim Kienou, conteurFormés dès l’enfance par leurs aînés, les griots deviennent avant l’âge adulte une bibliothèque vivante, dépositaire entre autres de la musique, des contes et de l’histoire de tout un peuple. Djelifoly est une formation de jeunes griots tous originaires du Burkina Faso et héritiers de cette tradition orale transmise de génération en génération. Ils proposent à la Villa Dutoit une soirée de musique et de contes sur la thématique du temps.
> Samedi 10 juin 2017 à 20h00