22.11.2020, à 18h30
Concerts, Programme

Les femmes

L’Ensemble Aquilon
Frederik Sjollema, baryton
Sara Boesch, traverso
Natacha Catusse, violon
Sarah Walder, viole de gambe
François Stride, théorbe

En 1708 André Campra compose la cantate Les Femmes. La musique est belle, le texte sexiste. Il y décrit la souffrance causée par l’amour, dresse la liste des caractéristiques peu séduisantes de certains types de femmes et évoque le réconfort que le poète trouve dans la beauté de la nature, ce qui l’amène à renoncer pour toujours au genre féminin.

Avec sa parodie L’Apologie des Femmes (1715), Quirinus van Blanckenburg réplique à Campra en exprimant un point de vue opposé : il énumère les traits positifs des femmes et conclut qu’il vaut mieux passer du temps en leur compagnie (malgré leurs défauts !) qu’essayer d’échapper aux pièges de l’amour.
Face à la misogynie de l’un, au paternalisme et aux clichés de l’autre, l’Ensemble Aquilon redonne sa place à l’une des rares compositrices reconnues de cette époque, Élisabeth Jacquet de la Guerre (1665-1729). Enfant prodige, elle joue du clavecin à cinq ans devant Louis XIV. Comme compositrice, elle fait preuve d’originalité et se classe au rang des novatrices. Elle donne l’image d’une femme consciente de sa valeur, pleine de créativité et d’énergie.

Œuvres d’Élisabeth Jacquet de la Guerre, André Campra et Quirinus van Blanckenburg

Concert : dimanche 22 novembre 2020 à 18h30
Entrée libre – chapeau à la sortie

 

Illustration: Élisabeth Jacquet de la Guerre, portrait par François de Troy (1645-1730)